Pescara, c'est un Saint Tropez à l'italienne : les parasols sont in-louables car réservés à l'année (et donc vides), les filles sont toutes superbes, avec des robes de sirènes et des talons faramineux (de hauteur et/ou de couleur et/ou d'étroitesse).

D'ailleurs, ça doit bien payer d'être kiné à Pescara parce que les pauvres fifilles doivent passer leur temps à se faire des entorses...